Résultats du project

  • Extensions des glaciers des Dômes de la Vanoise (France) depuis le Petit Âge Glaciaire. Au cours de cette période, ces glaciers ont perdu près de 50 % de leur superficie, qui est passée d’environ 40 km² à 19,6 km². Les petits glaciers du Coin du Goyard, des Nants et du vallon de la Fournache ont disparu. Le retrait glaciaire s’est accéléré au cours des dernières décennies : entre 1971 et 2006, ces glaciers ont perdu près de 13% de leur superficie (plus de 5 km²).

    INVENTAIRE DES EXTENSIONS ACTUELLE ET ANCIENNE DES GLACIERS

    Par le biais d’une étude des données historiques et de nouveaux élément quantitatifs (étude géomorphologique, analyse sur base orto-photogrammetrique, télédétection), le projet a visé à créer un cadastre complet des glaciers des Alpes occidentales en enregistrant leur localisation, la position du position du front, l’extension et la position de la ligne d’équilibre.

  • Carte géomorphologique du secteur du glacier des Sources de l’Isère (Vanoise, France).

    CARTOGRAPHIE GÉOMORPHOLOGIQUE DES SECTEURS DÉGLACÉS

    L’étude des secteurs qui étaient englacés au PAG voire dans les années récentes s’est faite principalement par le biais de la cartographie géomorphologique. Elle s’attache à relever les formes et les dépôts qui nous renseignent sur les positions antérieures du glacier et elle met également en évidence les éléments qui témoignent du fait que ces marges proglaciaires sont propices à l’occurrence d’aléas.

  • Gras : aléa à grande portée ; numéros : exemples

    TYPOLOGIE DES ALÉAS GLACIAIRES

    Les aléas glaciaires sont nombreux et diversifiés. Dans le prolongement du projet Alcotra Glaciorisk (2000/03), une typologie des aléas en contexte de retrait glaciaire a été élaborée, prenant en compte non seulement les aléas d’origine directement glaciaire, mais également ceux qui résultent de la configuration géomorphologique actuelle des secteurs récemment déglacés.

     

  • Croisement de données géomorphologiques (épaisseur du till) et des valeurs de pente déduites du MNT pour construire une carte d’aptitude à la génération de laves de débris dans la marge proglaciaire du glacier de l’Epena (massif de la Vanoise, France).

    ÉVALUATION DE LA PRÉDISPOSITION AUX ALÉAS DES SECTEURS ENGLACÉS ET RÉCEMMENT DÉGLACÉS

    Les données qui composent l’inventaire des extensions actuelles et passées des glaciers des Alpes occidentales et la cartographie géomorphologique des secteurs déglacés ont servi de base pour la reconnaissance des secteurs susceptibles d’être affectés par des phénomènes d’instabilité. Plusieurs pistes ont été explorées, utilisant les fonctionnalités du SIG qui permettent de croiser les données acquises entre elles ou avec les différents paramètres des Modèles Numériques de Terrain (MNT).

     

  • Croisement de données géomorphologiques (épaisseur du till) et des valeurs de pente déduites du MNT pour construire une carte d’aptitude à la génération de laves de débris dans la marge proglaciaire du glacier de l’Epena (massif de la Vanoise, France).

    SITE-PILOTE: LE GLACIER DE TACONNAZ (HAUTE SAVOIE)

    La chute de glace de Taconnaz est susceptible de provoquer des ruptures de séracs très importantes qui peuvent déclencher, en hiver, des avalanches de neige et de glace lorsque le manteau de neige est instable. L’objectif de cette étude a été de caractériser la fréquence des ruptures de séracs et leurs volume et de déterminer le régime thermique du glacier, qui en conditionne l’écoulement et la stabilité.

     

  • Le glacier suspendu des Grandes Jorasses

    SITE-PILOTES: GLACIER DES GRANDES JORASSES (VALLEE D’AOSTE)

    Le glacier des Grandes Jorasses est caractérisé par un cycle continu de augmentation et écroulement, qui est précédé par une augmentation progressive de vitesse. L’écroulement de grandes portions de glace est très dangereux pour l’aval, qui est très fréquenté par les touristes. La connaissance de la dynamique d’évolution du glacier comporte l’étude de la vitesse de déplacement, des changements de forme de la surface et la caractérisation du régime thermique, afin de composer une base de données au service de la modélisation et de repérer des facteurs de corrélation. Pour atteindre le but on a choisi d’utiliser des nouvelles techniques de monitorage, qui s’adaptent au site: photogrammétrie, réseau GNSS et sismographie.

     

  • pag 16[1].jpg

    SITE-PILOTE: LE GLACIER DE TETE ROUSSE (HAUTE SAVOIE)

    La rupture d’une poche d’eau contenue dans le glacier de Tête Rousse avait été à l’origine d’une catastrophe en 1892 (175 morts). Entre 2009 et 2010, une poche d’un volume d’environ 55.000 m3 a été détectée dans ce glacier. Les programmes d’observation et d’analyse ont eu pour objectifs la surveillance et la compréhension des mécanismes de remplissage de la poche d’eau, l’étude du risque d’effondrement de la cavité et l’évolution du régime thermique du glacier.

     

  • Orthophotographie du site-pilote 1

    SITES-PILOTES: SECTEURS RECEMMENT DESENGLACES

    Développée dans des marges proglaciaires en partie ou totalement déglacées depuis quelques décennies voire depuis la fin du Petit Âge Glaciaire, cette action a été visée à tester des méthodes qui permettent de recenser de manière détaillée les processus passés et actuels générateurs d’aléas, quantifier le volume de matériaux mobilisés/mobilisables et caractériser ces matériaux, en particulier du point de vue de leur stabilité. Les 4 sites-pilotes retenus sont les marges proglaciaires des secteurs de Bionnassay - Tête Rousse - Griaz (massif du Mont Blanc, Haute-Savoie), Tzanteleina (haut Val de Rhêmes, Vallée d’Aoste), Verra Grande (haut Val d’Ayas, Vallée d’Aoste) et Capra (haut Val d’Orco, Piémont).

     

  • Champs de déplacements 3D à la surface des glaciers de la vallée de Chamonix obtenus à partir des images TerraSAR-X (descendantes : 14-25/08/2012, ascendantes : 16-27/08/2012

    SITE-PILOTE: GLACIER DE L’ARGENTIERE (HAUTE SAVOIE)

    Le projet a permis d'étudier la précision des mesures de déplacements des glaciers par imagerie satellitaire sur le site expérimental et la généralisation à l’espace du massif du Mont-Blanc. Les activités réalisées ont porté à la définition des recommandations pour la détection et le suivi des glaciers à « risques » à partir des images. Pour tester les algorithmes développés sur le site de l’Argentière on a ensuite réalisé des actions spécifiques sur les glaciers suspendus des Grandes Jorasses et de Taconnaz.

     

  • Conclusions