Partners du project

Fondation Montagne sûre (Chef de file)

Fondazione Montagna sicura – Montagne sûre est une institution sans but lucratif ayant son siège à Courmayeur, qui intervient en qualité de centre opérationnel et de recherche appliquée sur le monde de la montagne. Ses objectifs sont les suivants: étude des phénomènes climatiques, météorologiques, mais également environnementaux, qui conditionnent la vie en montagne; analyse du risque hydrologique; promotion du développement durable ; promotion de la sécurité et de la prévention des risques naturels en montagne. Dans le cadre de son activité de recherche, la Fondation mène des actions conjointes en tant que centre de documentation sur la haute montagne et centre de formation et d’information sur les thèmes de la sécurité en montagne, des risques naturels et du milieu alpin. Elle a été créée par la Région autonome Vallée d’Aoste, la Commune de Courmayeur, le Secours alpin valdôtain, l’Union valdôtaine des guides de haute montagne et l’USL de la Vallée d’Aoste.

ARPA Valle d’Aosta

L’Agenzia Regionale per la Protezione dell’Ambiente (ARPA) de la Vallée d’Aoste a été créée en 1995 par la Région Autonome pour mettre en place des activités de connaissance et de prévention concernant l’environnement. L’ARPA compte parmi ses compétences :

  • contrôle des caractéristiques physiques, chimiques et biologiques des éléments de l’environnement : air, eau, sol (ex. : gestion du réseau de monitorage de la qualité de l’air) ;

  • monitorage sur le terroir régional des effets des dynamiques liées aux changements climatiques ;

  • support technique-scientifique à l’Administration régionale en matière de protection de l’environnement et de prévention des risques naturels ;

  • activité d’analyse et technique pour supporter les fonctions de vigilance et d’inspection du Corps Forestier Valdôtain;

  • mesure et évaluation de l'impact sur l'environnement pour des sujets privés ;

  • diffusion des informations sur les thématiques de l’environnement qui la concernent, également à travers la rédaction de rapports techniques et de la Relation sur l’état de l’environnement.

CNR IRPI

L’Istituto di Ricerca per la Protezione Idrogeologica de Turin (IRPI Torino) a démarré son activité en 1970 en tant qu’institut local étant part du circuit du Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR). En 2002 il est devenu une section de l’Istituto Nazionale per la Protezione Idrogeologica, ayant son siège à Perugia. Ses activités se développent le long des axes suivants:

  • étude des conditions géo-hydrologiques et de l’évolution des bassins hydrologiques du système des Alpes et de la Pianura Padana;

  • analyse des phénomènes d’érosion, transport et dépôt des fleuves, en relation avec importants phénomènes météo-hydrologiques;

  • monitorage, prévision et prévention des phénomènes d’instabilité naturelle, spécifiquement en un contexte glacial et périglacial;

  • étude de méthodologies concernant la collection, l’archivage et l’élaboration à travers des procès informatiques et GIS;

  • recherche de photo-interprétation comparée, appliquée aux problèmes d’instabilité des versants et du réseau hydrographique;

  • intervention pour l’étude sur les lieux frappés ou menacés par crues et éboulements.

Université de Savoie

Officiellement créé en 2002 par l’Université de Savoie, le Laboratoire d’Informatique Systèmes, Traitement de l’Information et de la Connaissance (LISTIC) a été reconnu par le Ministère chargé de la Recherche en 2003. Les travaux qui y sont menés visent à la mise au point d'outils méthodologiques pour la spécification, la conception, la réalisation et l'exploitation de systèmes de fusion d'informations. Les activités du LISTIC se développent suivant des axes qui s’identifient avec ces mots-clés:

  • méthodes de fusion d’informations : représentation des informations et incertitudes, transformations et équivalences (probabilités, possibilités, sous-ensembles flous), combinaison, fonctionnalités explicatives;

  • systèmes et répartition : modélisation, analyse, contrôle des systèmes répartis (RdP, automates), formalisation des mécanismes de mesure et traitement, outils de prototypage rapide ;

  • logiciels et systèmes évolutifs : adaptation architecturale et Web services, ré-ingénierie et maintenance;

  • ingénierie de la connaissance : modélisation et représentation des connaissances, extraction semi-automatique d’ontologies, représentations semi-formelles;

  • méthodologie orientée application.

CNRS

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) participe à GlaRiskAlp à travers l’activité de trois laboratoires spécialisés sur les thématiques du projet:

  • le Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'Environnement (LGGE), qui a bâti sa renommée scientifique sur l'étude du climat et de la composition de l'atmosphère, donne sa contribution à travers ses savoirs-faire centrés sur la neige et la glace, comme l'étude physique et mécanique du matériau glace, les échanges chimiques air-neige ou encore l'acquisition de données sur le terrain et par satellite;

  • le Laboratoire Environnements Dynamiques et Territoires de Montagne (EDYTEM) est un centre de recherche interdisciplinaire qui développe son activité grâce à la fusion de disciplines différentes: géologie, hydrogéologie, géomorphologie, géographie, économie de l’environnement;

  • GIPSA-lab est un laboratoire pluridisciplinaire développant des recherches fondamentales et finalisées sur les signaux et systèmes complexes. Il est reconnu internationalement pour ses recherches en Automatique, Signal et Images, Parole et Cognition et développe des projets dans les domaines stratégiques de l’énergie, de l’environnement, de la communication, des systèmes intelligents, de la santé et de l'ingénierie linguistique.